Alebrijes !

alebrije

Alebrije (photo DR)

Avez-vous déjà vu des alebrijes ? Ce sont des figurines en bois, plus ou moins grandes, représentant des animaux fantastiques aux couleurs vives. Pour créer un alebrije, tout est permis : un jaguar avec des sabots de cheval, une vache avec un corps de chien, une grenouille avec des mains humaines… La seule limite est l’imagination. Aujourd’hui, ces statuettes invraisemblables font partie de l’artisanat de Oaxaca, un État du sud du Mexique. Cet art étrange est pourtant né d’un rêve, il n’y a pas si longtemps que ça, à Mexico :

Pedro Linares était cartonnier, artisan du marché de la Merced à Mexico. À 30 ans, il tomba malade et perdit connaissance. N’ayant pas les moyens de lui payer les frais médicaux nécessaires, sa famille priait pour qu’il se réveille.

Alors qu’il était inconscient, il rêva d’un lieu étrange. L’endroit ressemblait à une forêt avec ses animaux, ses plantes, le ciel, les nuages et la terre. Par la suite, il raconta que, là-bas, il ne ressentait plus la douleur. Tout était calme et il était heureux. Mais soudain, les animaux et les nuages prirent la forme d’êtres irréels :  un âne avec des ailes de papillon, un coq avec des cornes de taureau, un lion à tête d’aigle… Et toutes ces créatures criaient : « Alebrijes ! Alebrijes ! Alebrijes !« . Les cris étaient insupportables et Pedro se mit à courir. Dans un chemin, il croisa un homme et lui demanda de l’aide. L’homme lui dit qu’il n’avait pas à être ici pour le moment et il lui dit de continuer tout droit jusqu’à la sortie. Pedro courut encore et encore. Il finit par atteindre une petite fenêtre. Il se faufila par l’étroite ouverture et c’est à ce moment qu’il se réveilla. Sa famille était si heureuse de le savoir enfin rétabli !

alebrijes-pedro-linares

Pedro Linares créant un alebrije (photo DR)

Pedro voulut faire connaître les animaux de son rêve. Il commença alors à modeler des figurines en papier mâché et à les peindre, telles qu’il les avait vus. Il les appela alebrijes.  Son art rencontra un franc succès, entre autres auprès de Frida Kahlo et Diego Rivera. Ainsi, les alebrijes se firent connaître dans le monde entier.  Toute sa vie et jusqu’à sa mort en 1992, Pedro continua à créer de nouveaux alebrijes. Aujourd’hui encore, ces petits-enfants perpétuent la tradition tandis que de nombreux artistes et artisans mexicains, particulièrement dans l’État de Oaxaca, s’inspirent du rêve de Pedro Linares pour fabriquer leurs propres alebrijes en bois d’arbre de copal.

Marie L.

Source :

http://www.angelfire.com/md/alebrijes/historia1.html

http://www.veintemundos.com/magazines/68-en

Partager / CompartirShare on Facebook
Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrShare on Google+Email this to someone

Commentaires / Comentarios

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *